Côte d’Ivoire : Ibrahim Magassa, banquier d’intérêt public

Fonds d'entretien routier, logements pour les fonctionnaires, achat d'avions par la compagnie nationale… Le directeur d'Algest Consulting joue un rôle de premier plan dans le financement des projets et services de l'État.

Dans ses bureaux d’Abidjan et de Paris, Ibrahim Magassa enchaîne les rendez-vous. L’objectif du moment, pour le directeur associé et cofondateur de la banque d’affaires Algest Consulting, est de structurer le plus rapidement possible l’opération de financement de 1 milliard de dollars (environ 910 millions d’euros) en cours avec la banque américaine Goldman Sachs. Cette somme doit être investie dans la réalisation de 20 000 logements destinés auxfonctionnaires ivoiriens.

Pour réaliser cette opération très délicate, le Franco-Ivoirien, âgé d’une trentaine d’années, s’appuie sur Jonathan Don, un associé de Goldman Sachs basé à Singapour. Quant à Pascal Agboyibor, avocat d’affaires à Paris pour le compte du cabinet américain Orrick, il apporte toute son expertise sur les questions juridiques. « Nous désirons monter des financements innovants et durables pour développer les économies africaines au travers de mécanismes nouveaux s’insérant dans des marchés franc CFA et international dynamiques », explique Ibrahim Magassa entre deux coups de fil.

En bon économiste, Alassane Dramane Ouattara est « sensible à de telles orientations », affirme un proche du chef de l’État. Dans le secteur du logement social – l’une des pierres angulaires du programme présidentiel -, Algest Consulting a déjà réussi à monter des financements de plusieurs centaines de millions de dollars. Plus de 130 milliards de F CFA (environ 200 millions d’euros) ont par ailleurs été mobilisés par la banque au profit du Fonds d’entretien routier (FER), tandis que 125 milliards de F CFA ont été affectés à l’installation de 7 000 km de fibre optique, ainsi qu’à la réhabilitation de la tour Postel 2001 et à divers autres projets gérés par l’Agence nationale du service universel des télécommunications (Ansut). Algest Consulting est également intervenu dans le financement des deux nouveaux avions Bombardier de la compagnie nationale, Air Côte d’Ivoire, ainsi que sur plusieurs projets réalisés dans des pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale.

Son expérience dans le milieu des affaires

Ibrahim Magassa est arrivé chez Algest Consulting après plusieurs expériences en tant qu’auditeur chez trois des « Big Four » du conseil, dont Accenture (quand il s’appelait encore Arthur Andersen), ainsi qu’au sein de plusieurs banquesd’affaires. Expert-comptable de formation, passé par les grandes écoles de commerce parisiennes HEC et ESCP, il a décroché son doctorat en économie à l’université de la Sorbonne avec une thèse, qui fait autorité dans les milieux économiques, sur les stratégies innovantes pour le développement des pays africains – ce qui lui vaut d’être régulièrement sollicité par le Financial Times pour donner son avis sur l’état de santé de l’économie ivoirienne. Ibrahim Magassa a également participé à la rédaction de nombreux ouvrages, détaillant notamment les stratégies chinoises de pénétration des marchés africains et mesurant le poids réel de Pékin en Afrique.

Fondateur et président du conseil d’administration de l’African Business Club, qui réunit les diplômés africains des grandes écoles françaises (Polytechnique, Centrale, HEC, Essec…), il attend avec impatience l’arrivée d’une nouvelle génération de fonctionnaires et d’entrepreneurs ivoiriens capables de soutenir l’élan engagé par le gouvernement ces quatre dernières années. Acteur financier aussi bien en France qu’en Afrique subsaharienne, Ibrahim Magassa correspond au plus près au profil de « l’Ivoirien nouveau » prôné par Alassane Ouattara.

source jeuneafrique.com

Retour à l'accueil